SARZEAUblason sarzeau

 

 

 

 

 

      Sarzeau est une commune du Morbihan (56) située sur la presqu'île de Rhuys, sa superficie importante (60 km²), est constituée de deux façades bien distinctives (côté golfe du Morbihan et côté océan). Sarzeau est chef lieu de canton et compte environ 7 500 habitants. Son nom en breton est Sarzhav dont nous ne connaissons pas exactement l'origine, excepté le son arz très commun à la région (Arzon, Arzal, Île d'Arz...) qui voudrait signifier "ours" en vieux celtique.

 

Un peu d'histoire:

     Le Pays de Rhuys est occupé dès le néolithique (de nombreuses traces sont aujourd'hui toujours visibles comme le menhir de Kermaillard (voir photo ci-dessous). Vers le VIè siècle après l'arrivée des bretons, la presqu'île formait une seule paroisse qui fut ensuite séparée en quatre, Locqueltas (Saint Gildas de Rhuys), Arzon, Ilur (Île du golfe du Morbihan), et Saint-Démètre (Penvins). D'aprés "la vie de Saint Gildas" écrit par un moine de l'abbaye du même nom au XIè, la paroisse de Sarzeau aurait été constituée après l'envahissement par la mer de l'église de Saint-Démètre. Une église Romane aujourd'hui disparue fut d'ailleurs érigée. Au XIIIè siècle, une grande partie du territoire de Sarzeau était recouvert d'une grande forêt, ce qui ravit les Ducs de Bretagne qui construisirent leur résidence d'été (le Château de Suscinio) dans le but d'organiser de grandes parties de chasse. Le déplacement de la cour nécessita de nouvelles infrastructures et des fournisseurs de tous ordres, cela bénéficia grandement au développement de Sarzeau. L'un de ses Ducs Jean III fonda un hôpital sur le territoire, et Sarzeau devint à cette époque également une cité administrative et judiciaire. Entre 1670 et 1700, l'église de Saint Saturnin est construite sur l'ancienne église romane détruite. En 1790, Sarzeau fut érigée en commune séparée et en chef lieu de canton du district de Vannes. Son importance et sa situation centrale sur la presqu"île lui vaut un nouveau nom, Ville de Rhuys. L'année suivante, durant la révolution, la population se souleva et marcha sur Vannes mais elle fut dispersée par la troupe. Au début du XIXè, Sarzeau retrouvait son ancien nom et allait être amputée des territoires du Tour du Parc et de Saint Armel devenues communes à leur tour. Aujourd'hui, de par son vaste territoire, Sarzeau offre un paysage très contrasté aussi bien géographiquement qu'humainement. L'essor du tourisme a augmenté la densité de l'habitat le long du littoral atlantique, alors que les bords du golfe ont gardé leurs traditionnels logis en alignements.

 

Menhir de Kermaillard sarzeau bretagnesite 

Quelques lieux à visiter:

 

     mairie brillac bretagnesite

 

 

   La taille de la commune de Sarzeau étant importante, elle fut donc divisée en trève sous l'ancien régime (division de la paroisse) si bien que l'on trouve plusieurs petits villages ayant leur propre chapelle, et même aujourd'hui des mairies annexes (Penvins, Brillac).

 

 

 

 

 

 

Ces trèves qui continuent à subsister sont au nombre de sept:

•Saint Saturnin (Bourg de Sarzeau),

•Saint-Maur (Villages de Brillac, du Logeo (voir photo ci-dessous), de Kerassel...),

•Saint-Martin (villages du Ruault, Saint Martin, Fournevay...),

•Saint Colombier (villages de Saint Colombier, Kerhouët, Kerentrec'h...),

•Saint Démètre (villages de Penvins, La Grée, Banastère...),

•Saint Nicolas (villages de Kerguet, Suscinio, Bodérin...),

•Saint Jacques (villages de Kerfontaine, Trévenaste, Kerignard, du Roaliguen...).

 

port du logeo bretagnesite

 

Le Château de Suscinio

suscinio

 

chteau de suscinio

 

 

    

 

     Remarquable bâtisse médièval, le château de Suscinio se situe au bord de l'océan à proximité d'un marais et d'un bois. Il a été construit au XIIIè et début du XIVè pendant le règne de Jean Ier. Le château servait avant tout de résidence d'été pour les Ducs de Bretagne qui s'adonnaient aux joies de la chasse dans la forêt qui l'entourait. Fortifié au cours du XVè siècle, il fut la propriété de la couronne de France sous le règne de François 1er. Dés lors, le château tombe progressivement en ruine jusqu'à ce qu'il soit vendu comme bien national à la révolution française ou il servit de carrière de pierres. Alors qu'il était dans un état de délabrement avancé (il perdit également un donjon), le bâtiment fut classée monument historique en 1840. Acquis par le conseil général du Morbihan en 1965, on y découvre dix ans plus tard une chapelle (incendié en 1370) qui possède un pavage d'environ 300m² unique en Europe. Aujourd'hui, le château de Suscinio a retrouvé son allure de forteresse médiévale intacte, ou il abrite des expositions et quelques manifestations estivales, dont des spectacles "sons et lumières".

 

 

Eglise Saint SATURNIN

     La première église déjà au nom de Saint Saturnin (premier évêque de Toulouse vers 250 après JC) fut érigée au XIè, elle y a subsisté jusqu'en 1670. Tombant en ruine, un nouveau bâtiment est construit au même endroit, le nouvel édifice a été bénit en 1683. En 1883, deux rangées de colonnnes sont ajoutées ainsi qu'une tribune et un voute. Deux vitraux rapellent, l'un, l'arrivée du moine Saint Gildas en Rhuys, et l'autre, Jeanne D'Arc se présentant au connétable de Richemont natif de Sarzeau, à la veille de la bataille de Patay, le 18 juin 1429.

 

eglise saint saturnin

 

 Eglise de Brillac

Pas d'informations sur cette église actuellement

 

eglise brillac sarzeau bretagnesite

 

 

Les chapelles

 

La chapelle Saint Sébastien

 

chapelle de kerguet

 

 

 

 

     Elle est située au village de Kerguet. Elle date de 1722 et remaniée au XIXè. Elle a été construite à l'emplacement d'une ancienne chapelle. Saint Sébastien est le Saint Patron des archers.

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint Martin

 

chapelle de st martin

 

 

 

 

 

     Elle est située au hameau de Saint Martin près du golfe du Morbihan. Elle date de 1772. Elle se caractérise par l'exposition de trois crânes disposés au fond du cintre blanchi du bénitier.

 

 

 

 

 

 

Chapelle de Trévenaste

 

chapelle de trevenaste sarzeau

 

 

 

 

Elle se situe à Saint Jacques, elle a été érigée vers1740.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La chapelle Notre-Dame-de-la-Côte

 

     La chapelle se situe entre terre et mer à Penvins. Elle fut édifiée en 1876, en remplacement de celle datant du XVIIè. Elle est construite sur un plan grecque, très rare dans la région. Deux légendes y sont attachées: la première se situerait au Xè siècle, époque des invasions vikings. Une lagune à l'emplacement de la baie actuelle de la Grée, abritait les vaisseaux des pirates. Une énorme tempête, soulevée par la prière de Saint Gildas, en barre l'entrée d'un banc de sable et en fît en étang, les bateaux y restèrent pourrir.

La seconde, au XVIIè, fut l'oeuvre de deux apparitions, un homme et une femme brandissant une quenouille, tous deux à l'attitude si résolue qu'ils épouvantaient l'ennemi anglais de l'époque, prêt à débarquer.

Un pardon est organisé tous les ans le 15 août pour l'assomption.

 

 chapelle penvins sarzeau bretagnesite

 

 

Maison ou naquit Alain René LESAGE

maison a.r lesage

 

 

alain ren lesage

 

 

      Alain-René Lesage est né dans le bourg de Sarzeau en 1668, c'est un romancier de premier ordre, il écrit notamment le diable boiteux (1707) ou il fait part de son observation originale et personnelle de l'esprit humain. Mais son oeuvre capital fut l'histoire de Gil Blas de santillane (1715-1735) qui était considéré comme le chef d'oeuvre du roman de moeurs en france. A.R Lesage s'essaya aussi avec succès comme auteur dramatique Tucaret ou le financier (1709) ou il dépeint le vice humain de s'enrichir par tous moyens. Il produisit également plus d'une centaine de pièces pour les théâtres de foires qui étaient à l'époque autant appréciés que la comédie française.

 

 

Port de Saint Jacques

     La construction du port de Saint Jacques date du début du XXè sècle (vers 1910). La digue principale a été prolongée en 1955 et fut déplacée en 1988 lors de la dernière extension du port. Le port de Saint Jacques abrite une petite flotille de pêche côtière, spécialisé dans les crustacés, qui doit cohabitée aujourd'hui avec les plaisanciers de plus en plus nombreux.

 

Saint Jacques sarzeau bretagnesite 

 

Sarzeau côté Golfe du Morbihan

 

Cygnes du côté de Benance                                                                           Moulin du Lindin

 

Cygnes benance sarzeau bretagnesite    moulin du lindin sarzeau

 

 

Une des longues plages de Sarzeau (celle de Penvins)                         Vieux lavoir du bourg de Sarzeau

 

plage de penvins                      lavoir sarzeau 

Powered by Spearhead Software Labs Joomla Facebook Like Button

Voir Sources

 

blason arzonARZON

 

 

 

 

    

 

      Arzon (Arzhon en breton) est une commune du Morbihan (56), située sur la Presqu'île de Rhuys, bordant au sud l'océan Atlantique et au nord le golfe du Morbihan. Pour l'origine du nom d'Arzon, il existe plusieurs versions dont celle ou Arzon vient de l'appellation latine "A redonensense", dépendance de Redon. Une autre où le préfixe "Arz" voudrait signifier "ours" en vieux celtique, la Presqu'île de Rhuys en abritait énormement en cette période, il est à noter également  que plusieurs lieux aux alentours commencent par "Arz", Arzal, Arzano, l'île d'Arz (l'ile aux ours) donc cette origine paraît probable. La commune est peuplée d'environ 2200 habitants en hiver et dix fois plus l'été.

 

Port Navalo BretagneSite

 

 

Un peu d'histoire:

tumulus

 

 

   Les premières traces d'habitations datent du Néolithique, environ - 4000 av J.C, plusieurs monuments y attestent, dont celui du site remarquable du cairn du petit Mont (Photo ci-dessous), et celui du tumulus de Tumiac (photo à droite) renommé par la faveur de l'histoire, la butte de César, en effet, d'après la légende c'est de cette butte que Jules César observa la victoire de la flotte romaine envers la flotte locale, celles des vénètes vers 56 av J.C, et Port Navalo devenait alors un poste d'observation stratégique pour les romains.

 

 

 

Cairn dupetit Mont Arzon

 Cairn du petit Mont - Un blockhaus allemand a été construit à l'intérieur lors de la seconde Guerre Mondiale

 

Autres monuments du Néolithique:

 

 Allee couverte de Bilgroix Arzon                    dolmen graniol arzon bretagnesite

                           Allée couverte de Bilgroix                                                                                                 Dolmen du Graniol ou Grah Niol

 

      La paroisse d'Arzon devait exister au VIè siècle, puisque Saint Gildas y venait en procession avec ses moines, à l'endroit appelé aujourd'hui Crouesty (Croes-Ty: maison de la croix). En 836, Arzon est mentionné comme paroisse sous le nom de "Ardon", à cette époque l'empereur Louis le Débonnaire, sur la demande de Nominoë, la donne à l'abbaye de Redon. Mais plus tard, cette paroisse est enlevée au monastère, et c'est en 878 qu'elle lui est restituée par le Duc Alain 1er, à la suite d'une guérison miraculeuse. Peu après surviennent les ravages des normands, et la paroisse d'Arzon est encore perdue pour le monastère. Mais le Duc Alain III, en 1026, en fait une nouvelle restitution à l'abbaye. Au fil du temps, la vie d'Arzon fut rythmée par la mer, avec ces drames, et aussi ces miracles, comme en 1673, Louis IV est alors en guerre contre la Hollande, et la Bretagne fournit l'un des plus gros contingents de marins dont 42 arzonnais qui officient sur le navire le "Foudroyant". Au large des côtes de Flandre, la bataille fait rage, les pertes en vies humaines sont nombreuses, et le "Foudroyant" mena l'action la plus glorieuse, puisqu'il était le seul à avoir abordé un vaisseau ennemi. il avait d'ailleurs remporté une grande réputation parmi les anglais pour une fois alliés à cette époque.  Et le miracle eut lieu, le retour à Arzon de nos 42 marins sains et saufs. Pour remercier Saint Anne d'être restés en vie, ils se rendirent à Sainte Anne d'Auray accompagnés de leur recteur et remirent une maquette de leur bateau. Par la suite, l'activité maritime au moyen et long cours s'intensifie, centrée sur Port Navalo dont le phare date de 1840. L'arrivée des vapeurs provoque la disparition de l'armement à voile. Grâce à l'activité locale, la pêche a survécu un peu plus longtemps. Mais la navigation de plaisance supplante progressivement toutes les activités anciennes avec notamment l'apparition du port du Crouesty en 1973, et aujourd'hui Arzon est plus que jamais tourné vers le tourisme.

 

Quelques lieux à visiter:

 

L'église Notre-Dame de l'Assomption 

 

Eglise Arzon bretagnesite

 

Elle se trouve au bourg d'Arzon, l'église a été construite en 1815. Un vitrail rappelle la bataille de Schooneveldt auquel prirent part 42 arzonnais en 1673. Un bateau miniature (peut être le "Foudroyant" est suspendue à son plafond). 

 

La chapelle Saint Nicolas

     Arzon est composé de plusieurs hameaux dont Tumiac, Le Monténo, Béninze et Kerners qui fut le plus peuplé, ce fut un village de pêcheur dont il était le premier centre paroissial et dès le début du VIè siècle s'y dressait une chapelle aujourd'hui disparut. (Ci-dessous à gauche, la chapelle Saint Nicolas date du XVIè siècle). 

 

Ruelle Monteno Arzon Bretagnesite      Ruelle Kerners Arzon Bretagnesite

                                        Ruelle du Monténo                                                                                  Ruelle de Kerners

 

Kerners boule bretonne arzon bretagnesite                  chapelle kerners arzon bretagnesite

                                       Piste de boule bretonne à Kerners                                                      La chapelle Saint Nicolas de Kerners date du XVIè

 

Port Navalo     

    Port Navalo se situe à l'entrée du golfe du Morbihan, c'est un port de pêche datant du début du XXè, l'activité fut très importante lors de la première moitié du XXè. Aujourd'hui grâce à des navettes maritimes, vous pouvez vous rendre sur les îles du large, du Golfe ainsi que sur Vannes et Auray.     

 

port navalo bretagnesite rade

                                                                                                                   Rade Port Navalo

    

Quai de Port Navalo à l'entrée du Golfe du Morbihan                     

Entree Port Navalo bretagnesite                              port navalo quai2

 

Phare de Port Navalo

 Le premier phare date de 1840, il s'agit la petite tourelle que nous pouvons voir sur la photo ci-dessous à droite. Un autre plus haut (19 mètres) a été érigé, il date de 1895. il a été electrifié en 1930.

 

Phare port navalo Arzon bretagnesite           Phare port navalo bretagnesite

 

Le Moulin de Pen Castel (XIVè - XVIIè)

Vers la fin du XIVè, il appartenait à Jean IV de Monfort, Duc de Bretagne, qui l'échangea avec les moines de Rhuys contre leur moulin des lices. il resta la propriété des moines jusqu'à la révolution. Il fut même transformé en discothèque dans les années 70 - 80, et maintenant sert de lieu d'exposition. D'après la légende, il aurait été autrefois occupé par les templiers. 

 

pencast        Pen castel arzon

 

Le moulin pris du golfe du Morbihan

 

penn castel arzon bretagnesite

 

 

La tombe du petit Mousse

tombe du petit mousse - arzon

 

 

      "Le 2 octobre 1869, la mer rejette un cadavre ayant séjourné plus de deux mois dans la mer et que personne ne peut reconnaître. C'est un homme d'une trentaine d'années... sur le gilet et le pantalon des boutons de cuivre avec ancres et canons. Tragique destin pour ce jeune marin désormais appelé "le petit mousse". Sur les conseils du médecin, le corps difficilement transportable fut "enveloppé dans un drap blanc" et inhumé sur place". (Inscription explicative de la tombe du petit mousse).

 

 

 

 

Le Port du Crouesty 

     Sa construction date de 1973, sur une ancienne zone marécageuse, et aujourd'hui c'est l'un des plus grand ports de plaisance de Bretagne avec 1500 places. Chaque premier week-end du mois de novembre se tient la fameuse édition du "Mille sabords" (Vente de bateaux d'occasions).

 Port Crouesty Arzon bretagnesite          

Chapelle du Crouesty

 

chapelle crouesty

 

 

     La chapelle du Crouesty est dédiée à la vierge et aux marins. Au VIè siècle, les moines de l'Abbaye de Rhuys ont édifié une chapelle pour abriter une croix qu'ils avaient porté en procession. Bâtie trop près de la côte, la chapelle s'est écroulée plusieurs fois. Elle a cependant toujours été rebâtie. L'édifice actuel date de 1826.

     Près de la chapelle, le 11 mai 565, le corps de Saint Gildas fut trouvé dans une barque venue s'échouer sur la côte. Le Saint abbé de Rhuys était mort à Houat. Selon ses dernières volontés, son corps avait été déposé dans cette petite embarcation et abandonné aux vents et aux flots. Les moines transportèrent alors les restes du Saint au monastère de Rhuys.  

 

     

 

Arzon côté golfe

     La statue de Sainte Anne (photo de gauche) se trouve sur le pointe de Bilgroix, elle a été érigée en 1988, et fait face à celle de Notre Dame De Kerdro située sur la commune de Locmariaquer. Les trois vues suivantes ont été prises sur le chemin côtier (GR 34) de la pointe de Bilgroix à la pointe de Penbert.

 

Statue Saint Anne Arzon Bretagnesite   Arzon cote golfe du Morbihan bretagnesite

 

Arzon cote Golfe Morbihan bretagnesite 1       Arzon cote Golfe bretagnesite 1 

 

Plages

 Plage du Fogeo (côté Atlantique)

Plage du fogeo arzon bretagnesite

 

Plage de Port Navalo durant l'hiver

Plage Port Navalo bretagnesite

 

     Trois îles du golfe du Morbihan font parties de la commune d'Arzon, l'île de la jument, Er Lannic (deux photo ci-dessous), et Hent Tenn. Er Lannic est un site remarquable, en effet l'île comprend une double enceinte de pierre levées d'environ 49 menhirs dont 33 sont recouverts à marée haute, à savoir qu'au néolithique le niveau de la mer se situait à peu près à  7, 8 mètres en dessous du niveau actuel. Les cromlechs d'Er Lannic sont classés au titre de monuments historiques depuis 1914.

 

Ile Er Lannic bretagnesite            er lannic bretagnesite

 

Hent Tenn

 

hent tenn arzon bretagnesite

 

Powered by Spearhead Software Labs Joomla Facebook Like Button
Voir Sources

SAINT GILDAS DE RHUYSblason_saint-gildas-de-rhuys-56214

 

    

 

 

     

 

 

     Saint Gildas de Rhuys est une commune du Morbihan (56) située sur la Presqu'île de Rhuys côté océan. Le nom de la ville en breton est Lokentaz, Locqueltas ou encore Sant-weltaz. La commune est peuplée de 1601 habitants.

 

Un peu d'histoire:

     Saint Gildas de Rhuys était occupé par les vénétes (peuplade celte) avant l'arrivée des romains. Ces derniers établissent par la suite un camp à l'emplacement de la future abbaye. Celle-ci fut fondée en 536 par St-Gildas un moine celte, nommé Gweltas (490-570), venu d'outre manche. Waroch, le premier comte de Vannes, lui offre de s'installer sur le site de l'ancien camp romain. Gweltas devint alors le premier abbé de St Gildas ou il y sera enterré. L'abbaye dans son histoire connut des hauts et des bas, tombée deux fois en ruines (reconstruite en 1008 et 1649), puis revendue comme bien national en 1789. Saint Gildas de Rhuys est alors édifié en commune en 1790, et changea de nom pendant quelques années se nommant Abélard (voir plus bas). En 1824, la fondatrice des Soeurs de la charité de St Louis rachète l'abbaye et y ouvre une école, un orphelinat puis pour les financer ouvre l'établissement aux touristes qui y viennent pour les bains de mers. C'est le début de St Gildas comme lieu de villégiature.

   Aujourd'hui St Gildas de Rhuys attire de nombreux touristes plus de 22 000 personnes y habitent en été, et également des retraités (45% de la population) qui profite du calme et du charme de la commune en hiver.

 

 Quelques lieux à visiter:

L'abbaye

    Comment ne pas commencer par le monument phare de Saint Gildas de Rhuys. L'Abbaye est donc fondée sur l'emplacement derue abelard l'ancien camp romain en 536 par le moine Gweltas. Elle a été ensuite détruite par les invasions normandes, et à la demande du Duc de Bretagne, Geoffroy 1er, reconstruite en pierres, de 1008 à 1032 année ou elle fut bénite et consacrée par Judicaël évêque de Vannes. L'abbaye reçut aussi de prestigieux visiteurs dont Abélard, célèbre philosophe et théologien, connut aussi pour sa sulfureuse relation avec la jeune et belle Héloïse. Abélard fut élu abbé de Rhuys en 1125, alors que l'abbaye connut une période de décadence, il veut en restaurer une forme de vie religieuse plus conforme à la règle de St Benoît. Mais les moines s'opposent à ces tentatives et Abélard doit fuir en 1132. A la fin du XVIIème siècle, aprés une nouvelle fois retombée en ruine, les moines de la congrégation de St Maur restaurent le choeur roman de l'église et reconstruisent la nef. Aujourd'hui, l'abbaye est occupé par les soeurs qui peuvent vous accueillir pour des séjours individuels, des groupes, des formations, ou bien des retraites spirituels.

ab1 

Vous pourrez y observer:

Dans le déambulatoire éclairé de vitraux modernes, derrière le maîte-autel repose le fondateur de l'abbaye, St Gildas, sous une pierre tombale. on y trouve également d'autres pierres tombales, de St Goustan (XIème), du moine Félix et celles des enfants de la maison de Bretagne (XIIIème et XIVème) morts en bas âge au château de Suscinio (résidence d'été des Ducs de Bretagne) - Photo ci-dessous à gauche pierre tombale de Jeanne de Bretagne fille de Jean IV de Bretagne décédée à l'age de un an en 1388.

 

Jeanne de Bretagne St gildas de rhuys                                                                                        reliquaire st gildas de rhuys

 

Dans le mur de la chapelle centrale, trois bas-relief représentent un ours, un bûcheron avec sa hâche et deux chevaliers qui s'affrontent.

L'abbatiale présente une riche série de 32 chapiteaux romans, les sculptures présentent des décors géométriques originaux, rappelant les gravures des monuments mégalithiques.

La nef et la tour-porche carrée ont été reconstruites entre 1699 et 1705 par l'architecte vannetais Olivier Delourne.

La sacristie abrite l'un des trésors d'orfèverie religieuse les plus prestigieux de la Bretagne (photo en haut à droite), la collection comporte entre outre:

- Les reliquaires (bras, genou et jambe) de St Gildas (XVème) en argent rehaussé d'or

- Une splendide croix en vermeil ornée d'émeraude (XVIIème)

- Des châsses (XIVème et XVIIIème siècles)

- Un calice en or

- Une mitre en soie brodée d'or (XVIème.).

 

Croix du Grand Mont                                                                Statue de Saint Gildas se trouvant sur la côte

 

croix du grand mont                              statue de st gildas

 

 

Croix de justice

 

     En avril 1503, le Duchesse Anne de Bretagne permit à l'abbaye de Rhuys d'élever un troisième pilier de sa juridiction. La même année, les religieux firent dresser au Hézo un pilier signe de haute justice. Par un privilège, commun à cette époque, l'abbaye de Saint gildas de Rhuys avait droit de rendre la justice sur ses terres ou fiefs qui dépendaient d'elle. Ce droit portait aussi le nom de juridiction. On distinguait alors trois sortes de justice: haute, moyenne et basse. La haute justice était celle qui pouvait condamner à la peine capitale. La moyenne justice avait droit de juger les actions de tutelle et des injures dont l'amende n'exédait pas 60 Sols. La basse justice connaissait des droits dus au Seigneur, du dégât causé par les animaux et des délits ne pouvant excéder 7 Sols 6 Deniers. Les religieux ne rendaient pas eux-mêmes les sentences, mais ils députaient à cet effet des laïques qu'on appelait "Officier de la juriction de l'abbaye". Le symbole de cette juridiction se dressait devant le chef lieu de chaque seigneurie ayant droit de justice. C'était un pilier de pierre. Il y avait autant de piliers que de justices exercées par la juridiction. Celui de haute justice était un gibet où l'on accrochait ordinairement les cadavres des suppliciés "jusqu'à qu'ils fussent dévorés par les oiseaux de proies ou qu'ils tombassent en putréfication", c'est ce pilier de haute justice que la Duchesse Anne accorde à l'abbaye de Saint Gildas de Rhuys. 

Texte de Jean claude Peron

La croix de justice se trouve à proximité des chemins du Fourchêne et de Keroman.

Croix de justice st gildas bretagnesite

 

Fontaine rue Prat ar Mener

fontaine st gildas bretagnesite     

 

     La légende voudrait que Connomore, roi de Bretagne vers le VIè ne voulait pas de descendance mâle et chaque fois que son épouse était enceinte, il lui coupait la tête. L'une d'elle, Triphine, se doutant de ce qui l'attendait alors qu'elle alla bientôt accoucher ne put échapper à son époux qui lui tranche la tête. Mais Saint Gildas qui passait par là, la lui remit en place!! et elle se cacha après son accouchement avec son bébé, témeur, qu'elle alimenta en eau depuis cette fontaine. 

   

 

 

Rues du village

rue st gildas               rue st gildas 2

 

 

Tour de prison

 

Tour de Prison st gildas de Rhuys

 

 

port aux moines

Port aux Moines

    

     L'ancien port se trouvait dans un abri naturel utilisé par les moines de l'abbaye, et le nouveau englobe l'ancien. il a été inauguré en 1965, et sa capacité est de 125 bâteaux.

  

                 (A doite, photo de l'ancien port naturel, entouré du nouveau)  

 

 

 

 

 

 

 

 

La plage du Goh velin

govh1

    Plage du Goh velin en hiver ci-dessus avec son lot de goëmons qui fait polémique dans la commune, mais bon la nature est dans son droit...Son nom en français signifie "vieux moulin" car dans le passé il y avait un moulin au dessus de la plage. Photo ci-dessous, la plage au mois de juin.

plage goh velin

 

 

 

Plage du Goh Velin (photo prise côté ouest en septembre)                                      Plage du Kerver envahie de goëmons ce jour là (la commune d'Arzon

                                                                                                                          se trouve dans le prolongement)

 

 

plage gohvelin st gils bretagnesite        plage Kerver st gildas bretagnesite

 

Plage de Port-Maria                                                                          Une crique proche du grand Mont

plage de port maria

                   crique st gildas

 

Etang de Kerpont

 kerpont1

                                                                               Etang abritant, hérons, canards, et autres gibiers d'eaux

Powered by Spearhead Software Labs Joomla Facebook Like Button

Voir Sources 

VANNES  blason vannes

 

 

 

 

    

          Vannes est située sur la côte sud de la Bretagne et au nord du golfe du Morbihan. La ville est la préfecture du département du Morbihan (56). Le nom de Vannes en breton est Gwened. Vannes ou Gwened vient de Venetis "Ville des Vénètes". Elle est peuplée d'environ 55 000 habitants, et 140 000 avec son agglomération.

 

 Remparts de Vannes

 

 

Un peu d'histoire:

      A l'époque des vénètes, (peuple gaulois habitant le territoire), Vannes n'existait pas, la ville est fondée lors de la Conquête romaine de la Gaule sous le règne d'Auguste vers 10 av. J-C, elle était le chef lieu de la cité gallo romaine Vénètes. Elle se nommait Darioritum. Des colons bretons (venus de l’actuelle Grande-Bretagne) ainsi que des soldats maures sont installés à cette époque pour protéger la région des pirates saxons. C’est aussi entre le IIIè et le Vè siècle que la ville se fortifie et se christianise. En 465, lors du concile de Vannes, Patern est consacré évêque de la ville, c'est la naissance de l'évêché de Vannes. Conquise en 578 par Waroch II, la ville devient la capitale du royaume du Bro Waroch. En 753, le roi des Francs Pépin le Bref vainc les Bretons et prend Vannes. Pour contenir les Bretons, il organise une zone-tampon sous administration militaire, la Marche de Bretagne composée du Vannetais, du Nantais, du Rennais et d'un bout du Maine. L'empereur Louis le Débonnaire réunit en septembre 818 son armée à Vannes avant de la lancer à l'assaut des forces du roi Morvan dit Lez-Breizh qui l'avait défié. Vannes, dont Nominoë était Comte, est rattachée à la Bretagne en 851 après le défaite de Charles Le Chauve et sera une des cités royales du royaume. En partie détruite lors des invasions normandes au Xè siècle, la ville connait de nombreux sièges jusqu'à la fin de la guerre de succession. Dès la fin du XIVè siècle la cité devient lieu de résidence favoris des Ducs Jean IV et jean V de Bretagne, nés d'ailleurs  à l'ancien château de l'Hermine. La fin du moyen age est une époque de grande activité pour Vannes, la Chambre des comptes y est créée, ainsi que le parlement de Bretagne. C'est également à Vannes que François 1er, Roi de France, rencontre en août 1532, les états de Bretagne afin de conclure du traité d'union perpétuelle, rattachant la province au royaume. Lors de la Révolution française, la ville est partagée entre la nation et la chouannerie. Elle continuera son développement  malgré l’activité maritime qui s’effondre. A partir des années 1870, la ville se dote de nouveaux bâtiments publics et connaît un regain d’activité avec le chemin de fer et l’installation de régiments. En 1990, elle reçoit le label "Ville d'art et d'histoire".

 

vestige gallo romain vannes

                                                                             Vestige d'un édifice gallo-romain datant du IIIè après J-C

 
Quelques lieux à visiter:
  
 Le port de Vannes
  
     Le port de Vannes (320 places) est situé au nord du golfe du Morbihan. Il a été crée vers la fin du XIVè, même si des recherches ont démontré l'existence d'un port dès le premier siècle mais à un autre emplacement. La photo ci-dessous a été prise lors de la semaine du Golfe qui a lieu tous les deux ans.
 
 Port de Vannes bretagnesite.com
 
 
 
 
Port de Vannes porte Saint Vincent                           Port de Vannes côté esplanade
 
 
Entrée du port de Vannes et la gare Maritime
 
entree port de vannes bretagnesite
 
 
 La cathédrale Basilique Saint Pierre de Vannes
 

cathdrale de vannes                 cathedrale est

     La première cathédrale de Vannes fut détruite en 919 lors des invasions normandes. Une nouvelle cathédrale fut construite vers 1020. À la fin du XIIè ou au début du XIIIè, les évêques Rouaud et Guéthenoc réédifient une nouvelle cathédrale dont subsistent la base du clocher et quelques pans du chœur. La reconstruction en style gothique, décidée par l'évêque Yves de Pontsal, se fit aux XVè et XVIè siècles. Elle fut rendue nécessaire du fait que l'ancien sanctuaire était devenu trop petit pour faire face à l'affluence des pèlerins qui se pressaient autour du tombeau de Saint Vincent Ferrier, (originaire de Valence en Espagne) mort à Vannes en 1419 et enterré dans le chœur de la cathédrale. La nouvelle cathédrale est édifiée grâce aux offrandes des pèlerins venus se recueillir sur le tombeau du saint que le pape Calixte III vient de canoniser. De cette époque datent la nef, le transept et le porche du croisillon nord. Celui-ci comprend, suivant la coutume bretonne, douze niches destinées à recevoir les statues des douze apôtres. Au XVIè fût également construite une chapelle ronde à étage, la chapelle du Saint-Sacrement. La tour nord est la principale structure héritée de l'ancienne construction romane. Les voûtes et le chœur furent construits entre 1771 et 1774. Enfin, la tour sud et la façade occidentale avec son porche datent du milieu du XIXè.

 

Eglise saint-Patern

     L'église saint Patern (photo en bas à gauche) fut également détruite au Xè lors des invasions normandes. L'édifice est reconstruit au siècle suivant et est pendant tout le Moyen Âge une importante étape de pèlerinage. Saint Patern, premier évêque de l'évêché de Vannes est un des sept Saints fondateurs de Bretagne. Ses reliques, conservées à Vannes, attirent la foule des pèlerins du Tro Breizh (pélerinage catholique qui relie les villes des sept fondateurs de la Bretagne).  Au XVè, le pèlerinage fut en partie délaissé après le passage et la prédication de Saint Vincent Ferrier, qui fit de l'ombre au saint fondateur. L'église romane fut victime des tempêtes en 1721-1726. L'édifice actuel a été reconstruit dès 1727 sur les plans de l'architecte vannetais Olivier Delourme. Le grand escalier, la tour de granit et sa lanterne sont commencés en 1769, mais la flèche ne peut être achevée qu'en 1826. De janvier 2007 à mars 2008, l'église a connu une restauration complète dans le style baroque d'origine. Le quartier éponyme (photo en bas à droite) ou se trouve l'église est bien connu des noctambules vannetais. 

 

eglise saint patern bretagnesite                         quartier saint patern bretagnesite

  

Eglise Saint-Pie X

     L'église a été construite entre 1956 et 1959 pour pallier à l'extension de la ville au milieu du XXè et donc la création d'une nouvelle paroisse. Le bâtiment se situe dans l'ancien quartier de la Madeleine autrefois desservi par une chapelle. La nouvelle paroisse est placée sous le patronage du pape Pie X (1835 - 1914). L'église conçue par l'architecte Caubert de Cléry s'inspira de celle de Riese (prés de Venise) d'ou était originaire le pape Pie X.

 

eglise St PieX vannes bretagnesite

 

Chapelle du manoir de Larmor

 

chapelle du manoir de Larmor vannes bretagnesite

   La chapelle se trouve au bord du golfe du Morbihan à proximité du pont de Kérino. Elle date du XVIè. L'accés se fait par deux portes, l'une donnant sur le manoir et l'autre sur la route. Après avoir été laissé à l'abandon, le manoir a été restauré récemment. A gauche de la chapelle, vous trouverez une croix dédié à Gérard Verdeau, fondateur en 1952 de Breiz Santel qui est une association pour la défense du patrimoine breton.

 

Le Cavaire de Kérino

 

calvaire de kerino vannes bretagnesite

 

 

 

 

 

 Il est situé sur la butte de Kérino, à droite de l'entrée du port de Vannes. Le calvaire a été inauguré en 1913 pour célébrer une mission de 1911. La croix est sculptée par Yves Hernot de Lannion. Autour du Christ, sont représentés Saint Vincent Ferrier et Saint Patern, les deux patrons de Vannes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manoir de Trussac

     Le manoir se trouve rue albert 1er sur la rive gauche du port. Il a été construit au XVIè, les colombages datent du XVIIè. Le magnifique manoir relavait de la seigneurie de Ker, citée en 1552. La bâtiment fut achetée par la mairie de Vannes en 1965, et aujourd'hui héberge des ateliers artistiques. 

manoir de trussac vannes bretagnesite

 

Les Remparts et son jardin

 remparts vannes bretagnesite

     La crise majeure qui secoue l'empire romain à la fin du IIIè siècle de notre ère contraint la ville à se protéger désormais derrière une enceinte urbaine appelée un castrum. Ce premier rempart demeure la seule protection de la cité durant plus de 1000 ans. A partir de la fin du XIVè, les ducs de Bretagne entreprennent de grands travaux d'urbanisme à Vannes, ils rénovent la vieille muraille et doublent la superficie de la place forte, ils y construisent aussi le château de l'Hermine. A la fin du XVIè, les guerres de la ligue obligent Vannes à renforcer sa muraille à l'aide de plusieurs bastions. A partir de 1670, le rempart est vendu morceau par morceau par Louis XIV, roi de France, qui a besoin d'argent pour financer ses guerres en Europe. Au XIXè, plusieurs segments de la muraille de Vannes sont démolis. Malgré ces destructions, Vannes a su garder les trois quarts de ses remparts. C'est l'une des villes bretonnes dont l'enceinte urbaine est la mieux conservée. Les remparts sont classés monuments historiques en 1928.

 

Lavoirs de la garenne

lavoir vannes

 

 

 

     Situés le long de la Marle à proximité des remparts, les lavoirs ont été édifiés entre 1817 et 1821. Leur construction a respecté le style des maisons de la vieille ville avec un rez de chaussée en pierre et un étage à pans de bois et torchis. Un auvent d'ardoises sert à abriter les laveuses agenouillées dans un caisson de bois ou sur les dalles de granit. Les lavoirs de la Garenne sont propriétées de la ville depuis 1928 et ont cessé leur activités vers 1960.

 

 

 

 

 

 

Le château de l'hermine

 

     Le bâtiment (plein d'histoire) est situé aux remparts de Vannes, l'actuel édifice date de 1785, Il a été construit à l'emplacement d'une ancienne forteresse construite par Jean IV, duc de Bretagne. Le duc se rend acquéreur en 1380 du moulin et de l'étang du bas de la Garenne, et donne en échange à l'abbaye de Saint Gildas de Rhuys son moulin de Pencastel en Arzon. Le duc Jean IV fait construire le château pour renforcer l'enceinte de Vannes et y avoir une résidence. Le 25 juin 1387, comme le rapporte Froissard, le duc invite le connétable Olivier de Clisson à visiter son château, il le alors fait prisonnier "dans la maîtresse tour" car le duc le juge coupable de trahison au profit du camp français. Le duc Jean V naît dans le château en 1389. c'est dans ce bâtiment que demeure Jean V quand il reçoit à vannes en 1418, saint Vincent Ferrier quand il prêchera sur la place des lices. La forteresse héberge le duc François Ier, époux d'Isabeau d'Ecosse. Le duc François II délaisse l'hermine (pour la ville de Nantes). Malgré tout, Charles d'Anjou y ménera grande vie en 1466-1467. Henri tudor y séjournera en 1483-1484. Par la suite, le château à l'abandon et partiellement détruit est donné par Louis XIV à la ville de Vannes en 1697. Ses pierres servent aux réparations des bâtiments dont la ville avait la charge. La forteresse est pratiquement rasée quand la ville vend son emplacement et ses soubassements à Julien Lagorce qui en fait l'hôtel que l'on voit aujourd'hui. En 1874, un siècle aprés la construction du nouveau bâtiment, une école d'artillerie y est installée, puis l'administration du trésor public jusqu'en 1974, date à laquelle la ville de vannes en fait l'acquisition pour y installer l'école de droit du Morbihan. En 2002, le bâtiement accueille la bibliothèque de la société Polymathique du Morbihan, et différents associations. Chaque année, les rencontres du cinema européens y sont organisées. en 2006, les salles du rez de chaussée sont entièrement modernisées pour accueillir différents types d'expositions.

chateau de l hermine vannes bretagnesite

 

 

L'Hôtel de Ville

     Érigé sur la place du marché, cet hôtel de ville fut voulu par les républicains après leur victoire sur les monarchistes en 1878. Bâti sur les plans de l'architecte Charier, l'hôtel de ville de style de la Renaissance italienne, est encadré par deux pavillons. Sa façade principale s'orne d'un frontispice comportant une horloge et, au fronton le blason de la ville. Un grand campanile à carillon le surmonte, rappel du beffroi d'autrefois. La façade est particulièrement travaillée : grands pilastres des pavillons et colonnes engagées, à chapiteaux corinthiens, frontons alternativement triangulaires et cintrés, cartouches et bustes, supports du frontispice, volutes. L'édifice est inauguré par le ministre des Postes Félix Granet en 1886, curiosité, elle est la réplique en miniature de l'hotel de ville de Paris. 

mairiedevannes

 

Le château Gaillard

chateau gaillard

   

 

 

 Le terrain ou fut batit le chateau appartenait avant sa construction aux Chevaliers Saint-Jean de Jérusalem. Le château est édifié par Jean de Malestroit au début du XVè. En 1457, le Duc Pierre II achète l'édifice pour en faire l'auditoire du parlement de Bretagne et la demeure de son président. Il a été longtemps le siège de l'administration du parlement de Bretagne (jusqu'en 1535). A la fin de l'indépendance, il passa entre les mains de plusieurs familles de la noblesse. En 1912, la société Polymathique du Morbihan achète le bâtiment et y installe son musée. C'est aujourd'hui un musée archéologique, l'un des plus riche de France en particulier pour ses collections de l'époque néolithique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vannes et sa femme

vannes et sa femme                                       vannes et sa femme - place valencia

     Passage incontournable lors d'une visite touristique de Vannes, cette enseigne est située sur une maison à colombage datant du XVè ayant appartenu à Gilles de Bretagne (fils du Duc Jean V). Ce panonceau, surmontée des bustes d'un couple en pierre peinte sans mains, est un des symboles de la ville dont on ne sait pas l'origine. Cette sculpure joviale aurait pu être une enseigne commerciale,  probablement celle d'un cabaret.

 

Le vieux Vannes

vieux Vannes côté cathedrale Bretagnesite.com                                             vieux Vannes Place Henri IV Bretagnesite.com

 

Statue de Saint Emilion

     Et oui Saint Emilion est originaire de Vannes, Il fut contraint, en raison de l'afflux de pèlerins suite à ses miracles, de s'établir dans une retraite solitaire à Combes, près de ce qui est devenu Saint-Émilion, et meurt en 767.

saint emilion bretagnesite

 

L'étang au Duc

     Il est situé sur le côté nord du boulevard de la Paix et à proximité de l'hôpital Chubert. Ce joli plan d'eau couvre une superficie de 10 hectares. L'étang au Duc est alimenté par un ruisseau, le Liziec, dont l'eau poursuit son cours jusqu'au port de Vannes après avoir traversé les jardins de la Préfecture et les jardins des remparts via la Marle. L'étang serait à l'origine une ancienne carrière dont on aurait tiré les pierres nécessaires à la construction de la première ville gallo-romaine. Un barrage aurait été construit par les ducs de Bretagne qui possédaient une demeure à proximité. Un moulin disparut en 1974 y aurait été construit au XVè. L'étang au Duc est classé en deuxième catégorie pour la pêche, vous pouvez y trouver entre autres de la carpe, du brochet, du goujon, du gardon. La pêche nocturne à la carpe est autorisée mais les prises doivent être remises à l'eau. Il n'est pas rare surtout le week end de voir des bateaux radiocommandés naviguer sur l'eau paisible de l'étang.
 
etang au duc vannes bretagnesite             etang du duc vannes bretagnesite     
 
 
Presqu'île de Conleau
 
     La presqu'île de Conleau se situe au sud ouest de Vannes, elle mesure 500 mètres de long pour environ 100 mètres de large. Conleau est une ancienne île du Morbihan reliée à la terre par une route digue en 1879. Cet endroit est très prisé par les vannetais lors des beaux jours. La presqu'île est constituée de belles résidences, d'un hôtel restaurant, de bars et d'une piscine naturelle.
 
    Presqu'île de ConleauVannes Bretagnesite.comConleau Vannes Bretagnesite.com
 
Powered by Spearhead Software Labs Joomla Facebook Like Button

Voir Sources